Lexique
Actualités
Actualités
Marques
Marques
Montres
Montres
Vidéos
Vidéos
Toutes les vidéos
Dossiers
Dossiers
Cette recherche est sponsorisée par Claude Meylan
Montres
Marques
Actualités
Une semaine avec la Lady Pressy au poignet.
Site officiel >
La manufacture DeWitt a indiscutablement axé le développement des ses collections horlogères sous le signe de la féminité en cette année 2016. En effet, la marque a enrichit l’une de ses lignes existantes de plusieurs références et a lancé deux nouvelles gammes exclusivement dédiées aux femmes. Il y a tout d’abord les nouveautés joaillières de l’élégante collection Alma, caractérisée par son boîtier ovale et son profil légèrement bombé. Ce sont au total quatre montres, existant en deux tailles, petite et moyenne, chacune se déclinant en noir ou en blanc, qui viennent rejoindre la ligne Alma. Vient ensuite la nouvelle collection Blue Empire proposée en or rose 18 carats ou en version bicolore or rose et acier et disponible avec un mouvement à quartz ou un mouvement automatique. Mais c’est la montre Lady Pressy, dernière création de la maison DeWitt, que j’ai eu le plaisir de porter pendant quelques jours.
L’éternel féminin, tel qu’il a été peint, écrit et chanté par les artistes de tous les temps, évoque des notions d’élégance, de raffinement et de douceur, des mots qui qualifient à merveille la Lady Pressy, un garde-temps dont la subtilité repose sur la pureté et sur l’alternance de ses lignes: un boîtier rond de style traditionnel cerclé d’un rang de diamants rond et orné de deux figures géométriques en forme de couronne stylisée à 6h et 12h, et d’audacieuses attaches de bracelet. Le charme intemporel de ce modèle s’exprime au travers de son délicat cadran en nacre blanche rehaussé de chiffres romains. Le mariage entre l’or rose, la nacre et le rouge éclatant du somptueux bracelet en alligator rouge est particulièrement bien réussi.
La nacre est une matière très fragile qu’il faut manier avec grande précision et délicatesse. Toute la prouesse du cadranier réside dans l’adaptation de la technique du travail de la nacre dans l’espace strictement limité que constitue le cadran d’une montre. Pour accomplir cette tâche ardue, DeWitt peut compter sur ses cadraniers, une équipe d’artisans composée de guillocheurs, d’une émailleuse, de galvanoplastes, de peintres et autres talents, distillant leurs précieux savoir-faire sur les créations de la Maison. Sur quelque 600 marques horlogères existantes, seules quatre d’entre elles disposent des ressources nécessaires à la fabrication des cadrans en interne. Et c’est dans sa manufacture située à Meyrin, dans le canton de Genève, que DeWitt réalise ses cadrans.
La Lady Pressy existe aussi avec un cadran en nacre bleue ou verte et s’habillant d’un bracelet en or ou en alligator noir. Côté mécanique, ce garde-temps est équipé d’un calibre automatique bénéficiant d’une réserve de marche de 42 heures.
 
Site officiel >
 
Lecture 0 commentaire(s)


Toutes les actualités >
Rechercher par :
Si le projet est personnel, l’aventure est collective. Pour Jérôme De Witt, les siècles passés furent riches et compte-tenu des moyens technologiques d’aujourd’hui, c’est le minimum que de pouvoir aller plus loin encore.
Toutes les actualités >
Contacter la marque >
Toutes les montres >
WorldTempus est le prescripteur digital de référence dédié à l’horlogerie de luxe
Les actualités

Copyright © WorldTempus – Tous droits réservés 2018

source

Categorizado en: