Organisé pour la septième fois, le festival Kan ar Vein (le chant des pierres en français), dimanche, à la Vallée des Saints, risque bien d’attirer la grande foule, tant le programme des festivités s’annonce copieux. Le temps fort sera l’inauguration, à 15 h 15, des 18 nouvelles sculptures du parc, dont Dewi, arrivé la veille du Festival interceltique de Lorient. Le saint patron des Gallois, sculpté par Paul B. Kincaid, achèvera ainsi sa « Traversée des géants » qu’il a débutée le 5 juillet à Roscoff et qu’il a poursuivie sur une partie du canal de Nantes à Brest, au départ de Châteaulin, avant de rejoindre Plomelin et la Distillerie des Menhirs, son mécène.
L’inauguration de saint Dewi, géant de cinq tonnes et de près de quatre mètres de haut, voilé pour garder la surprise, se fera en présence du sculpteur gallois, d’une délégation officielle du Pays de Galles et d’artistes gallois qui interpréteront le Bro gozh ma zadoù ainsi que l’hymne national gallois. « Aineirin Karadog, un grand poète gallois, déclamera aussi un poème sur saint Dewi, en breton, en français et en gallois », ajoute Sébastien Menguy, le directeur de la Vallée des Saints.
Et, ajoute ce dernier, « on a invité tous nos grands mécènes dimanche. Libre à eux de venir et, pour certains, d’organiser un événement autour de leur sculpture. Il y aura ainsi une inauguration personnalisée pour Urfol, Peronnel et Sève à partir de 16 h 30 ». Des inaugurations, mais aussi des visites guidées sur le thème des nouvelles sculptures et deux conférences, dont l’une, à 16 h 30, consacrée à saint Dewi. Le programme du festival Kan ar Vein s’enrichit encore avec des concerts et un marché des artisans et créateurs, toute la journée.
À la fin de l’année, la Vallée des Saints comptera 133 sculptures de granite. Aux 18 qui seront inaugurées dimanche, s’ajouteront six nouvelles dont le chantier est prévu du 26 août au 22 septembre. Un chantier qui sortira de l’ordinaire car « pour la première fois, deux femmes vont sculpter une œuvre ensemble », annonce Sébastien Menguy, le regard déjà tourné vers 2020. L’année qui verra l’aménagement d’un bâtiment d’accueil des sculpteurs. Et surtout, le partenariat avec l’île de Pâques. Un représentant de l’ambassade du Chili est attendu ce week-end à Carnoët. « L’idée de ce rapprochement, c’est de faire venir des sculpteurs chez nous, pour créer une œuvre moaï ». La Vallée des Saints méritera alors, plus que jamais, son surnom « d’île de Pâques bretonne ».
Et s’il y avait aussi un cairn sous cette butte ?…

fonte

Categorizado em: