Menu
Die à 14:13 par Stephanie GORLIN
Modifié le à 15:46
À l’affiche des Combattantes, la mini-série très attendue de TF1, Sofia Essaïdi campe une femme de caractère. La comédienne en dit plus à Télé-Loisirs.
Il y a des fictions qui font beaucoup parler avant même leur diffusion à la télé. La mini-série Les Combattantes est de celles-là. Après le succès du Bazar de la charité (dont nous vous avons révélé les coulisses du tournage), Julie de Bona, Audrey Fleurot (bientôt de retour dans la saison 2 de HPI) et Camille Lou rempilent auprès d’Alexandre Laurent, le réalisateur. Mais la bande s’agrandit et accueille Sofia Essaïdi, parfaite dans Meurtres en Auvergne (l’un des meilleurs épisodes de la collection policière à succès de France 3), Kepler(s) avec Marc Lavoine ou encore La Promesse, avec Olivier Marchal. Sa présence au Festival Séries Mania, où elle fait partie du jury en charge de la compétition “Panorama international”, est l’occasion d’évoquer son rôle dans Les Combattantes.
Souriante, enthousiaste, lumineuse… tels sont les adjectifs qui qualifient Sofia Essaïdi, ravie de participer aux Combattantes. Une aventure dans laquelle l’actrice en couple avec Adrien Galo incarne une certaine Caroline Dewitt. “Caroline Dewitt, c’est une bourgeoise en 1914 qui va récupérer la direction de l’usine de son mari, parti à la guerre, commence la comédienne. C’est une femme que j’ai beaucoup aimée, qui m’a beaucoup touchée pour des raisons que je ne dévoilerai pas afin de garder le suspense intact. J’ai adoré l’idée de cette série qui parle de la première guerre mondiale à travers quatre femmes. Je trouvais cela bien parce qu’il n’y a pas beaucoup de films qui traitent ce sujet. En même temps, c’est normal, on parle beaucoup des hommes qui se sont battus. Et je n’oserais jamais minimiser l’horreur de ce qu’ils ont vécu et l’importance de ce qu’ils ont fait mais c’est vrai que je trouve important aussi de parler des femmes qui ont joué un rôle crucial à cette époque : elles ont fait tourner le pays, permis à l’industrie de continuer et à la société de tenir debout.”
Si dans Die Bazar de la charité Audrey Fleurot, Julie de Bona et Camille Lou (bouleversée par ce tournage) se croisaient à peine à l’écran, qu’en sera-t-il dans Les Combattantes ? Télé-Loisirs a posé la question à Sofia Essaïdi. “Pas beaucoup, non. Les quatre personnages féminins se croisent à un certain moment dans l’histoire, précise Sofia Essaïdi. Même si elles se croisent à certains moments, c’est quand même l’évolution de deux personnages d’un côté et de deux autres, de l’autre. En ce qui me concerne, j’ai surtout tourné avec Sandrine Bonnaire et Grégoire Colin, deux immenses acteurs que je j’admire beaucoup, qui jouent ma belle-mère et mon beau-frère. Je n’en dirai pas plus”, conclut-elle avec un large sourire. Une chose est sûre, on a hâte de découvrir la fiction, attendue d’ici quelques mois sur TF1.
Connexion à Prisma Connect
© 2022 Prisma Média – Groupe Vivendi – Partenaire Média-Presse – Tous droits réservés

Quelle

Kategorisiert in: