https://arab.news/c4gzc
PÉKIN : La Chine a appelé l’ensemble des acteurs au “calme” après les informations faisant état de la chute meurtrière en Pologne d’un missile de fabrication russe et le placement en état d’alerte de l’armée polonaise.
“Dans la situation actuelle, toutes les parties concernées doivent rester calmes et faire preuve de retenue afin d’éviter une escalade”, a déclaré lors d’un point presse régulier Mao Ning, une porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.
“La position de la Chine sur la question ukrainienne est la même depuis le début et elle est claire: la priorité absolue est de mener un dialogue et des négociations afin de résoudre la crise de manière pacifique.”
La rencontre prévue mercredi en marge du G20 entre le président chinois Xi Jinping et le Premier ministre britannique Rishi Sunak a été annulée, a indiqué Downing Street.
Cette rencontre “a été annulée pour des problèmes d’agenda”, a indiqué une porte-parole à l’AFP. Elle devait être une première en près de cinq ans pour des dirigeants des deux pays aux relations tendues, et l’un des rendez-vous majeur de ce G20 pour le nouveau chef du gouvernement britannique, arrivé au pouvoir fin octobre.
Le sommet du G20, qui se tient en Indonésie, a été bousculé après les frappes russes en Ukraine et la chute de missiles en Pologne à l’origine encore non confirmée.
Les dirigeants des grandes puissances du G7 (Etats-Unis, France, Allemagne, Royaume-Uni, Italie, Canada, Japon) ont tenu une réunion d’urgence en marge du sommet .
Durant cet entretien avec Xi Jinping, Rishi Sunak, qui avait il y a quelques mois qualifié la Chine de “menace principale” pour la sécurité mondiale et du Royaume-Uni, devait appeler à “une relation franche et constructive entre Londres et Pékin”, selon un communiqué diffusé plus tôt par Downing Street.
Face aux crises actuelles, avec la guerre en Ukraine, la crise économique, le réchauffement climatique, il devait aussi appeler Pékin à user de son influence pour “apaiser les tensions internationales, assurer la stabilité régionale et jouer son rôle pour faire face aux répercussions dévastatrices de la guerre en Ukraine dans le monde”.
Les relations entre Londes et Pékin se sont considérablement dégradées ces dernières années, en particulier avec la répression des manifestation pro-démocratie dans l’ex-colonie britannique de Hong King ou les accusations d’espionnage contre le géant des télécoms Huawei.
La Chine “est engagée pour promouvoir, avec le Royaume-Uni, un développement stable et sain des relations entre la Chine et le Royaume-Uni, sur la base d’un respect mutuel, de l’égalité et des bénéfices mutuels”, a réagi de son côté le ministère chinois des Affaires étrangères.
Un missile, très probablement de fabrication russe selon Varsovie, a touché le territoire polonais et fait deux morts, suscitant la condamnation unanime des dirigeants occidentaux.
Moscou a rétorqué en qualifiant de “provocations” ces informations.
Réunis à Bali, en Indonésie, pour un sommet du G20 où le président russe Vladimir Poutine est absent, le président français et le Premier ministre britannique ont immédiatement fait part de leur soutien à Varsovie, mais les Occidentaux demeurent prudent sur l’origine du missile, le président américain Joe Biden jugeant “improbable” qu’il ait été tiré depuis la Russie.
La Chine est traditionnellement proche de la Russie et n’a pas publiquement condamné l’invasion russe de l’Ukraine. Mais elle s’est toutefois abstenue de la soutenir et ne lui offre aucun soutien militaire.
https://arab.news/v5yfx
CASABLANCA: La sélection marocaine devra créer l’exploit pour se qualifier au terme de la phase de groupe du Mondial. Dans le groupe F avec la Belgique, la Croatie et le Canada, les lions de l’Atlas ont, toutefois, des arguments à faire valoir sur le terrain, et des joueurs de talents, capables, sinon de qualifier leur équipe, du moins de briller à leur poste durant la première phase de la compétition.
Achraf Hakimi
Le latéral du Paris Saint-Germain est l’un des premiers noms figurant sur la feuille de match face à la Croatie. Achraf Hakimi a été formé au Real Madrid et a fait ses débuts en équipe première sous Zinédine Zidane avec lequel il a remporté la Ligue des champions 2017-2018. Rouage essentiel de la sélection marocaine, ses prestations ont été unanimement saluées lors de la dernière Coupe d’Afrique des Nations et des qualifications pour le Mondial au Qatar, ce qui lui donne, malgré les divergences et sa mise à l’écart, sous l’ère Vahid, un poids, indéniable, parmi ses coéquipiers.
Hakimi a fêté ses 24 ans le 4 novembre dernier, deux semaine avant le début de la compétition, il possède, pourtant et malgré son jeune âge, une large expérience internationale sous les couleurs du Maroc, ayant participé en 2018 à la coupe du monde en Russie. Alors, ses coéquipiers comptaient déjà sur ses déboulés éclairs sur le couloir droit. Son adresse sur coups de pied arrêtés a également permis aux lions de l’atlas de faire la différence à des moments décisifs pour l’équipe. 
Sofiane Boufal
Achraf Hakimi est, sans nul doute, le joueur marocain le plus connu, Sofiane Boufal est le plus présent et complet de l’équipe; habile et endurant, souvent comparé à ses début  l’international français Jean Tigana, son éducateur Gilles Latté déclare à son sujet « Sofiane avait 25 poumons : il pouvait courir partout et je le voyais comme un futur Tigana ».
L’ailier d’Angers est capable de sublimer son jeu et de se transcender sur le dernier tiers du terrain. Il est connu pour sa capacité à prendre son vis-à-vis en duel, et peut donner ce supplément d’âme à l’équipe qui fait défaut lorsque le jeu est bloqué face au rideau de fer adverse. 
Sofiane Boufal a été le meilleur buteur du Maroc lors de la dernière Coupe d’Afrique des Nations avec trois réalisations. Rapide, vif, avec une excellente vision de jeu, Boufal est un coéquipier sur lequel peut se reposer l’attaque des lions de l’Atlas en ce Mondial 2022. 
 
https://arab.news/8jm5b
NEW YORK: Elon Musk, nouveau patron de Twitter, a réhabilité samedi le compte de l’ancien président américain Donald Trump, banni du réseau social après l’assaut du Capitole à Washington en janvier 2021.
“Le peuple s’est exprimé. Trump va être rétabli”, a tweeté le fantasque entrepreneur sur son propre compte après le résultat d’un sondage lancé auprès de ses abonnés.
Plus de quinze millions y ont répondu et 51,8% ont voté en faveur du “oui” au retour de l’homme politique républicain sur la plateforme.
Quelques minutes après le message d’Elon Musk, le compte de Donald Trump était de nouveau visible, le dernier tweet datant du 8 janvier 2021.
Le nombre d’abonnés s’est montré erratique, montant en moins de deux heures à 3 millions avant de redescendre brusquement. L’ancien président en compte 4,57 millions sur truth Social, le réseau qu’il avait lancé après son éviction de Twitter.
A la tête du réseau social depuis trois semaines, le multimilliardaire propriétaire de Tesla et de SpaceX notamment avait suggéré au lancement du sondage vendredi soir que son résultat pourrait influencer une décision sur le retour ou non de l’ancien chef d’Etat sur Twitter puisqu’il l’avait accompagné du message “Vox Populi, Vox Dei” (La voix du peuple est la voix de Dieu).
Au nom de la liberté d’expression, il a déjà rétabli vendredi plusieurs autres comptes d’utilisateurs suspendus.
Peu après la finalisation du rachat de la plateforme pour 44 milliards de dollars fin octobre, le dirigeant avait assuré qu’aucune décision majeure sur les contenus ou réactivation de compte n’aurait lieu sans l’intervention d’un conseil dédié. Un geste destiné entre autres à rassurer les annonceurs, principale source de revenus du groupe.
Il n’a pas indiqué publiquement si ce conseil avait été établi.
Trump reste sur Truth Social
Twitter avait banni Donald Trump le 8 janvier 2021, deux jours après l’invasion du Capitole par ses partisans, face au “risque de nouvelles incitations à la violence”.
Estimant que cette sanction constituait “une décision mauvaise moralement et insensée à l’extrême”, Elon Musk avait évoqué dès mai un possible retour de l’ex-président républicain sur la plateforme.
Alors que de nombreuses associations, autorités et annonceurs craignent que les contenus ne soient plus suffisamment modérés sur le réseau social, laissant libre cours à la désinformation, au harcèlement et à d’autres abus, l’homme d’affaires était attendu au tournant sur le sujet.
“Vous trahissez notre démocratie”, a ainsi réagi, sur Twitter, le président de l’organisation de défense des droits civiques NAACP Derrick Johnson, affirmant que les abonnés d’Elon Musk “ne représentent pas l’Amérique”.
Le rétablissement du compte de Donald Trump devrait provoquer des vagues dans la société et la politique américaines, d’autant qu’il s’est de nouveau lancé dans la course à la Maison Blanche pour 2024.
Tout en se réjouissant qu’avec Elon Musk, Twitter soit “entre de bonnes mains”, Donald Trump a toutefois affirmé ces derniers jours qu’il resterait sur son réseau Truth Social, même si cette plateforme ne lui offre qu’une petite caisse de résonance comparativement à Twitter où il comptait plus de 88 millions d’abonnés.
Lors d’une intervention par vidéo samedi à un rassemblement de la Coalition des juifs républicains à Las Vegas, le candidat républicain a salué l’initiative, et Elon Musk.
“Je l’aime bien (…). Vous savez, c’est un sacré personnage et j’aime les sacrés personnages”, a-t-il dit. Mais il a son propre réseau maintenant, a-t-il ensuite fait valoir.
Sur Truth Social justement, il avait encouragé ses abonnés à “voter avec positivité” avant d’ajouter: “Mais ne vous inquiétez pas, nous n’allons nulle part. Truth Social est spécial.”
La décision de faire revenir Donald Trump sur Twitter va en tout cas probablement créer un peu plus de remous au sein de l’entreprise, déjà fortement secouée depuis sa prise en main par Elon Musk.
Il a imprimé sa marque en congédiant dès son premier jour les principaux dirigeants du groupe avant d’engager un plan social massif.
Des fonctionnalités controversées ont été lancées avant d’être reportées et des annonceurs ont fui.
Et, cette semaine, plusieurs centaines d’employés ont répondu “non” à l’ultimatum du nouveau propriétaire, qui leur demandait de travailler sans relâche “pour bâtir un Twitter 2.0 révolutionnaire”.
Elle a en revanche été saluée par ses alliés politiques, notamment au Congrès.
“Welcome back @realdonaldtrump!”, a tweeté le républicain Paul Gosar, membre de la Chambre des représentants. “Quiconque pense que le président Trump ne va pas remporter la primaire en 2024 se met le doigt dans l’oeil”, a tweeté de son côté Marjorie Taylor Greene, autre parlementaire républicaine fervente partisane de l’ancien président.
En revanche, la républicaine Liz Cheney, devenue l’ennemi juré de Donald Trump, a réagi à la nouvelle en renvoyant ses abonnés sur Twitter à une vidéo montrant l’une des auditions réalisées par la commission d’enquêtes lancée après l’assaut du Capitole le 6 janvier 2021, qu’elle co-préside.
“Avec Trump de retour sur Twitter, c’est le bon moment pour regarder cette audition sur le 6 janvier”, a-t-elle tweeté. “Cela concerne chacun des tweets envoyés par Trump, y compris ceux qui ont été effacés, et montre plusieurs responsables de la Maison Blanche décrivant sa conduite inexcusable pendant ces violences”, a-t-elle ajouté.
https://arab.news/z7cg8
WASHINGTON: Les Etats-Unis appellent de façon croissante l’Ukraine à être ouverte à des négociations de paix avec la Russie, un haut responsable du Pentagone affirmant qu’il sera difficile pour les forces de Kiev de récupérer les territoires remportés par Moscou au cours de la guerre.
Le chef d’état-major américain, le général Mark Milley a souligné mercredi que le soutien des Etats-Unis n’avait pas diminué, mais a déclaré que Kiev était en bonne position pour entamer des discussions, ses soldats parvenant à tenir tête à la Russie.
Il a précisé que les Russes renforçaient désormais leur emprise sur 20% du territoire ukrainien et que les lignes de front allant de la ville de Kharviv à celle de Kherson se stabilisaient.
“La probabilité d’une victoire militaire ukrainienne, consistant à chasser les Russes de toute l’Ukraine, y compris de la […] Crimée, la probabilité que cela se produise bientôt n’est pas élevée, militairement parlant”, a-t-il déclaré.
“Il peut y avoir une solution politique où, politiquement, les Russes se retirent, c’est possible”, a ajouté M. Milley.
Pas de pression américaine
La Maison Blanche a réitéré vendredi que seul le président ukrainien Volodymyr Zelensky était en mesure d’approuver l’ouverture de négociations entre l’Ukraine et la Russie, rejetant toute notion de pressions américaines sur Kiev.
“Nous avons également dit qu’il revenait au président Zelensky de dire si, et quand, il serait prêt à des négociations et la forme que prendraient ces négociations” a déclaré à la presse le porte-parole du Conseil de sécurité nationale, John Kirby.
“Personne aux Etats-Unis n’est en train de l’encourager, d’insister ou de le pousser à la table” des négociations, a-t-il dit.
Mais, plus tôt ce mois-ci, Volodymyr Zelensky a fait savoir qu’il n’exigeait plus le départ de Vladimir Poutine pour entamer des négociations, un changement de cap qui est intervenu après des pressions de la Maison Blanche.
L’exemple de la Première guerre mondiale
Le soutien américain à l’Ukraine reste fort. Cette semaine la Maison Blanche a demandé au Congrès de débloquer 38 milliards de dollars supplémentaires en soutien à Kiev.
Mais en même temps l’exécutif n’a pas contredit le point de vue du général Mark Milley, qui avait indiqué la semaine dernière à New York que l’Ukraine avait déploré 100.000 morts et blessés sur le champ de bataille — un bilan proche de celui estimé pour l’armée russe — et 40.000 victimes chez les civils.
Ces bilans pourraient encore grimper si l’Ukraine s’obstinait à se battre pour tenter de récupérer les frontières d’avant 2014, a encore suggéré M. Milley.

source

Categorizado en: