Consulter
le journal
Salto, le Netflix à la française, pourrait disparaître avant la fin du mois
Hercule, Robin, Sparrow… Ces robots qui témoignent des ambitions de grandeur d’Amazon
« Le cours du blé mené en bateau »
« Une consommation normale sans changement d’habitude conduit au désastre écologique »
La Coupe du monde 2022 « neutre en carbone » ? Ce que cachent les promesses intenables du Qatar
Comment le Groupe Wagner, l’armée de mercenaires de Poutine, exploite l’or du Soudan avec la complicité du pouvoir
Guerre en Ukraine : les militaires russes annoncent leur retrait de la ville stratégique de Kherson
« Amazonia, l’archipel englouti » : un documentaire du « Monde »
L’affaire de l’« Ocean-Viking », un désastre européen
« Les grandes séries télé peuvent être vues au prisme de la philosophie »
« En France, la nomination de Pap Ndiaye a soulevé de la suspicion, alors qu’au Royaume-Uni celle de Rishi Sunak a été célébrée »
« Une consommation normale sans changement d’habitude conduit au désastre écologique »
Claire Denis, réalisatrice : « Je suis d’une génération où les femmes devaient se débrouiller seules »
« Vivance » : la route de David Lopez
Salto, le Netflix à la française, pourrait disparaître avant la fin du mois
Les Bassins à flot de Bordeaux, laboratoire de ville libérale
Bougies La Grange : retour de flamme
Le lirac, une pépite dans l’ombre de châteauneuf-du-pape
Objet écolo : le porte-gourde en macramé
« Patron incognito » sur M6 : le masque et la thune
Services Le Monde
Services partenaires
Service Codes Promo
Suppléments partenaires
En 2022, un vol sur trois partant de Schiphol ou de l’aéroport de Rotterdam-La Haye a été utilisé pour un trajet inférieur à 500 kilomètres. L’ONG Greenpeace plaide pour leur interdiction.
Le Monde avec AFP
Temps de Lecture 1 min.
Au cours des neuf premiers mois de l’année 2022, 16 147 vols privés ont été effectués à partir et à destination des aéroports de Schiphol et Rotterdam, aux Pays-Bas, soit plus de vols privés que durant toute l’année 2019, avant la pandémie de Covid-19, a démontré, jeudi 20 octobre, une étude de l’organisation non gouvernementale Greenpeace.
L’utilisation de plus en plus fréquente de ce transport de luxe est responsable d’émissions de gaz à effet de serre équivalentes à celles de près de quarante mille voitures par an.
« Nous sommes choqués qu’en période de crise climatique un certain groupe ait commencé à voler non pas moins mais plus dans des jets privés, qui sont les plus polluants », a déclaré Dewi Zloch, experte en climat et énergie chez Greenpeace Pays-Bas. « Il faut arrêter ça, nous plaidons donc pour l’interdiction des vols privés », a-t-elle ajouté, citée dans un communiqué.
L’étude menée par le groupe de réflexion environnemental néerlandais CE Delft a également montré qu’un vol privé sur trois au départ de Schiphol, à Amsterdam, ou de l’aéroport de Rotterdam-La Haye était utilisé pour des trajets inférieurs à 500 kilomètres.
« Les destinations populaires incluent Paris et même Anvers, des villes facilement accessibles en train, a dénoncé Greenpeace. Les vols les plus populaires sont vers des destinations comme Majorque, Ibiza et Cannes. »
Greenpeace a souligné que les vols privés n’étaient pas inclus dans les objectifs climatiques fixés par le gouvernement néerlandais ni dans le maximum de 440 000 vols par an fixé pour 2023 à l’aéroport d’Amsterdam-Schiphol.
« Cette exception pour les jets privés montre exactement ce qui ne va pas avec l’industrie aéronautique, a ajouté Mme Zloch. Nous voulons que l’industrie aéronautique arrête de polluer et ait enfin des objectifs climatiques. (…) La première étape consiste à supprimer les vols courts et les jets privés de luxe pour les riches. »
Les passagers voyageant en classe affaires occupent également beaucoup d’espace dans les avions. L’étude préconise ainsi de remplacer les classes affaires par des sièges réguliers, ce qui permettrait à plus de passagers de prendre place dans les appareils.
Le Monde avec AFP
Contribuer
Dans la même rubrique
Édition du jour
Daté du lundi 14 novembre
Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.
Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois
Ce message s’affichera sur l’autre appareil.
Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.
Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).
Comment ne plus voir ce message ?
En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.
Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?
Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.
Y a-t-il d’autres limites ?
Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.
Vous ignorez qui est l’autre personne ?
Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.
Newsletters du monde
Applications Mobiles
Abonnement
Suivez Le Monde

source

Categorizado en: