© 2023 Tous droits réservés – L’Œil de la Photographie
Abonnez-vous pour un accès complet à de L’Œil de la Photographie ! Des milliers d’images et d’articles, documentant l’histoire de la photographie et son évolution au cours des dernières décennies, à travers un journal quotidien unique.
Abonnez-vous pour un accès complet à de L’Œil de la Photographie ! Des milliers d’images et d’articles, documentant l’histoire de la photographie et son évolution au cours des dernières décennies, à travers un journal quotidien unique.
Abonnez-vous pour un accès complet à de L’Œil de la Photographie ! Des milliers d’images et d’articles, documentant l’histoire de la photographie et son évolution au cours des dernières décennies, à travers un journal quotidien unique.
Abonnez-vous pour un accès complet à de L’Œil de la Photographie ! Des milliers d’images et d’articles, documentant l’histoire de la photographie et son évolution au cours des dernières décennies, à travers un journal quotidien unique.
Abonnez-vous pour un accès complet à de L’Œil de la Photographie ! Des milliers d’images et d’articles, documentant l’histoire de la photographie et son évolution au cours des dernières décennies, à travers un journal quotidien unique.
Abonnez-vous pour un accès complet à de L’Œil de la Photographie ! Des milliers d’images et d’articles, documentant l’histoire de la photographie et son évolution au cours des dernières décennies, à travers un journal quotidien unique.
Abonnez-vous pour un accès complet à de L’Œil de la Photographie ! Des milliers d’images et d’articles, documentant l’histoire de la photographie et son évolution au cours des dernières décennies, à travers un journal quotidien unique.
Abonnez-vous pour un accès complet à de L’Œil de la Photographie ! Des milliers d’images et d’articles, documentant l’histoire de la photographie et son évolution au cours des dernières décennies, à travers un journal quotidien unique.
“Chim utilisait son appareil photo comme un médecin sort son stéthoscope de son sac, appliquant son diagnostic à l’état du cœur ; le sien était vulnérable.” –Henri Cartier-Bresson
La vie de Dawid Szymin – Chim, comme il aimait se faire appeler a suivi une trajectoire extraordinaire. D’étudiant en difficulté à Paris à photographe légendaire de renommée mondiale, son partenariat avec Robert Capa, Henri Cartier-Bresson et George Rodger a conduit à la création de Magnum Photos. L’une des forces de Magnum était la diversité des personnalités des fondateurs dont la vision audacieuse et la camaraderie ont attiré d’autres photographes de renom. Leurs photos à fort impact, leurs vies colorées, leurs romances troublées et leurs fins tragiques continuent d’inspirer les jeunes photographes, avec les histoires d’engagement pour des causes importantes.
Le fils d’un éminent éditeur de livres en yiddish et hébreu il est né à Varsovie et était censé suivre les traces de son père, mais au lieu de cela, les aléas de l’histoire l’ont poussé dans d’autres directions, de sorte qu’à la fin sa vie rappelle la trajectoire de nombreux autres artistes, beaucoup d’entre eux juifs, qui ont dû se réinventer en exil dans les années 1930.
Tissant sa vie et son œuvre, ce livre emmène le lecteur à travers les différentes phases de la vie de Chim : sa jeunesse en Pologne, ses études à l’école de Book Design de Leipzig et à la Sorbonne ; ses débuts couvrant la vie mondaine à Paris et le Front populaire, les manifestations et les grèves des années 1930 pour les magazines illustrés Vu et Regards ; la guerre civile espagnole , où il a travaillé comme correspondant spécial pour Regards et les a persuadés d’embaucher Robert Capa et Gerda Taro ; sa traversée maritime de 1939 vers le Mexique sur le SS Sinai avec 1 600 républicains espagnols en exil ; sa vie en exil à New York, travaillant pour les laboratoires Leco ; son travail de guerre comme interprète photographe à Medmenham, Grande-Bretagne ; son travail après-guerre en Europe, en particulier sa célèbre série de 1948 pour l’UNESCO sur les enfants d’Europe montrant des enfants traumatisés par la guerre dans cinq pays européens ; son travail des années 1950 en Italie sur l’analphabétisme et les fêtes religieuses ; sa couverture de célébrités telles que Pablo Picasso, Yul Brenner, Ingrid Bergman, Audrey Hepburn, Sophia Loren, Gina Lollobrigida et Kirk Douglas ; les politiciens – Franklin et Eleanor Roosevelt, Winston Churchill – les écrivains comme Bernard Berenson et Carlo Levi, les chanteuses comme Maria Callas et les musiciens, notamment Arturo Toscanini. Son reportage sur le Vatican, et son travail en Israël ; et enfin, son engagement dans la guerre du Sinaï 1956, aboutissant à sa mort tragique en novembre 1956, aux côtés de Jean Roy de Paris-Match, trois jours après le cessez-le-feu.
Né à Varsovie dans une communauté cultivée parlant yiddish et polonais, Chim était attaché à ses racines juives, à la spécificité de son milieu familial et du métier d’imprimeur et d’éditeur. Pendant la Première Guerre mondiale, lorsque sa famille a dû immigrer en Russie, il a fait, enfant, le premier de ses nombreux passages linguistiques du yiddish au polonais puis au russe. Plus tard, il apprendra l’allemand, puis le français puis l’anglais pendant la Seconde Guerre mondiale, ainsi que l’italien après la guerre : il est devenu un citoyen du monde tout en restant profondément marqué par ses premiers intérêts pour la musique, la littérature et le design ; son intérêt pour la littérature et la musique était une partie importante de la nouvelle communauté qu’il a trouvée à Paris parmi les futurs membres de Magnum Photos, qui partageaient ses forts intérêts culturels et politiques.
Son intérêt et son implication dans le nouvel État d’Israël étaient vifs et dès le début des années 1950, il y voyagea et y fit régulièrement des reportages. Ce sujet particulier est bien sûr lié à l’identité juive de Chim ; la naissance d’Israël était sans doute un signe d’espoir et une consolation après le meurtre de ses parents pendant la Shoah, après la destruction de sa ville natale, Varsovie, et de son quartier de la rue Nowolipki ; et le bombardement de Leipzig, la ville où il avait d’abord étudié et découvert la culture internationale.
Alors qu’il était, comme ses collègues de Magnum, un voyageur polyvalent dans de nombreux pays, Chim est remarquable en ce qu’il n’était jamais que « de passage » : même sur de courtes missions, il a réussi à s’intégrer partout où il allait et à sympathiser profondément avec ses sujets. La diversité sociale de ses fréquentations était énorme, les mendiants, les artistes de cirque ou les bouchers des Halles aux enfants mutilés en passant par les stars de cinéma ou les écrivains. Chim possédait également un don aiguisé pour photographier des paysages urbains et des paysages saisissants comme s’il s’agissait de décors de théâtre. Dans ses compositions, il a montré un sens presque musical du placement de la lumière et des ombres avec des effets très différents : des photographies austères des camps de concentration et des tribunaux de Dachau à ses vues de Berlin en ruines ou d’une seule machine à écrire détruite sur un piédestal dans les ruines de Gijon. , Espagne. Lorsque son rythme était plus tranquille, il pouvait photographier avec sensualité les paysages d’Espagne, de Grèce, du Mexique, de Rome, de Florence, de Sicile et de Venise.
La vie de Chim est emblématique des déplacements et des passages du XXe siècle. Son itinéraire complexe l’a mené à travers deux guerres mondiales et une guerre civile, puis les tentatives du monde pour se reconstruire plus harmonieusement. Suivant les courants troubles de l’histoire, Chim a négocié avec une apparente facilité les passages de langue à langue, de culture à culture, de monde à monde. Au-delà de ses réalisations en tant qu’individu, l’idée de groupe ou de communauté a toujours été importante pour lui et ses dons pour la stratégie et l’administration se sont manifestés dans sa rédaction des statuts de Magnum Photos et sa présidence de l’organisation de 1954 à 1956.
De son vivant et après sa mort, les collègues de Magnum de Chim et un cercle plus large de photographes ont reconnu sa grande influence. Il est probablement mieux connu pour son empathie et sa relation particulière avec les enfants en tant que victimes les plus vulnérables des guerres et des bouleversements sociaux. En tant que symbole de la souffrance des enfants pendant la guerre, cette photographie a été une source d’inspiration durable pour les peintres et les photographes au fil des ans.
Chim a vraiment été l’un des premiers photographes des droits de l’homme, qui, dans la tradition de Lewis Hine, Jacob Riis et des photographes de la FSA, a utiliser le plaidoyer comme moteur de changement social. Sa photographie a inauguré une tradition de photographes travaillant avec des organisations de défense des droits de l’homme. Le travail de Chim avec les enfants influence toujours les jeunes générations de photojournalistes. Alors que le monde connaît le plus grand nombre de personnes déplacées depuis la Seconde Guerre mondiale, il y a un lien naturel à établir avec ses photographies les plus mémorables.
Carole Naggar
 
Searching for the Light : A biography of David ‘Chim’ Seymour 1911-1956
by Carole Naggar
DeGruyter ed., September 2022
https://www.degruyter.com/
Merci de vous connecter ou de créer un compte pour lire la suite et accéder aux autres photos.
Abonnez-vous aux archives pour un accès complet à L’Œil de la Photographie !
Ce sont des milliers d’images et d’articles, documentant l’histoire de la photographie et son évolution au cours de la dernière décennie, à travers un journal quotidien unique. Explorez comment la photographie, en tant qu’art et phénomène social, continue de définir notre expérience du monde.
Deux offres sont disponibles. Abonnez-vous à l’offre sans engagement pour 5€ par mois ou à l’offre à l’année pour 50€ (2 mois offerts).




Abonnez-vous pour un accès complet à de L’Œil de la Photographie ! Des milliers d’images et d’articles, documentant l’histoire de la photographie et son évolution au cours des dernières décennies, à travers un journal quotidien unique.
Abonnez-vous pour un accès complet à de L’Œil de la Photographie ! Des milliers d’images et d’articles, documentant l’histoire de la photographie et son évolution au cours des dernières décennies, à travers un journal quotidien unique.
pour continuer à améliorer notre magazine indépendant ou pour faire un formidable cadeau à l’un de vos proches (à partir de 5 euros pour un abonnement d’un mois et 50 euros pour un abonnement d’un 1 an).
PS : pour les cadeaux, merci de nous envoyer l’email de l’heureux(se) élu(e) à info[at]loeildelaphotographie.com
Chaque jour, recevez gratuitement l’actu photo mondiale et les événements du moment.

Chaque jour, recevez gratuitement l’actu photo mondiale et les événements du moment.

 




© 2023 Tous droits réservés – L’Œil de la Photographie

来源

归类于。