Rubriques et services du Figaro
Le Figaro
Rubriques et services du Figaro
Nos journaux et magazines
Les sites du Groupe Figaro
Enchâssé dans une gorge étroite, battu par les vents et marées, encerclé de rizières… Les temples hindous veillent sur tous les recoins de l’île d’Indonésie. Nos huit préférés.
Seule île à majorité hindoue d’Indonésie, Bali compterait 10.000 temples. Chaque village en possède au moins trois, dédiés aux dieux de la trinité mythologique : Brahma, Vishnou et Shiva. Ces temples ne possèdent aucune statue de divinité mais une enceinte sacrée orientée vers le Mont Agung. La progression dans le temple s’effectue en trois étapes. Le jaba, à l’entrée du temple, est une enceinte consacrée aux activités profanes. Le jaba tengah, ou cour centrale, est aménagé de petits abris surélevés où les femmes s’installent pour confectionner les offrandes. On pénètre dans le jeroan par une porte qui sépare le monde des hommes de celui des dieux. C’est ici que descendent les divinités lors des cérémonies, ici que l’on prie et que l’on dépose ses offrandes. L’architecture et l’agencement de ces temples répondent aux lois immuables du cosmos. L’eau et les montagnes y occupent une place majeure. Perché sur une falaise, caché parmi les rizières, surplombant les eaux placides d’un lac ou exposé à la colère du volcan, voici une sélection des plus beaux temples balinais.
VOIR LE DOSSIER – Indonésie : le guide de voyage du Figaro
À Bali, il n’est pas un dépliant touristique ou une devanture d’agence de voyages qui ne vante la beauté naturelle du temple de Tanah Lot. Le toit de chaume en pagode émergeant d’un bouquet d’arbres fouetté par le vent et les vagues est devenu le symbole de l’île. Perché au sommet d’un îlot rocheux, le temple « de la terre dans la mer » attire les touristes par centaines alors que le soleil descend sur l’horizon. Il faut parfois faire la queue pour accéder à la plage tant il y a de monde. Pour profiter du temple en toute quiétude, mieux vaut venir tôt le matin ou en début d’après-midi, en fonction des marées, car le temple n’est accessible qu’à marée basse.
Le plus : les jours d’affluence, préférez le coucher du soleil depuis le temple Batu Bolong voisin. Mêmes vues, la foule en moins.
À la pointe sud-ouest de Bali, le temple d’Uluwatu offre des vues saisissantes sur la mer, du haut de sa falaise de 70 mètres. Il fait partie des temples les plus sacrés de l’île. Un grand prêtre shivaïte du XVIe siècle y aurait trouvé le mokcha, la libération de l’âme. Une longue promenade part du temple et longe la falaise sur 500 mètres. Vous y serez accompagné par des macaques malicieux qui se font une joie de chaparder casquettes et lunettes de soleil.
Le plus : le spectacle de kecak (forme de danse) mené par des hommes en transe autour d’un feu à l’heure où le soleil se couche.
À lire aussiBali : sept plats emblématiques à ne manquer sous aucun prétexte pendant son séjour
Nombreux sont ceux qui découvrent ce temple par hasard, en se laissant gagner par le charme du célèbre Café Lotus à Ubud. Les tables de ce café ouvert aux quatre vents donnent sur deux bassins tapissés de lotus roses et séparés par une allée centrale qui remonte jusqu’au temple. La porte principale est gardée par un couple de dvarapala, ces statues de pierre patibulaires. Le temple n’est que rarement ouvert et son parvis est aménagé pour accueillir les spectacles folkloriques organisés tous les soirs par le café. Il n’en constitue pas moins une vraie halte de sérénité dans une Ubud devenue frénétique.
Le plus : profiter du spectacle depuis le bale patok, le pavillon dans les arbres du Café Lotus, pour une expérience intimiste.
Il faut une bonne heure depuis Ubud pour atteindre ce temple qui semble émerger des eaux placides du lac Beratan. Perdu entre les sommets de volcans endormis, ce petit temple attire de nombreux touristes, aussi bien étrangers que locaux. Onze toits de chaume à la frange impeccable surmontent le Meru, la tour symbolisant le mont sacré de la mythologie hindoue. Le temple dédié à Dewi Danu, la déesse des eaux, est connu de tout le pays, car il figure sur les billets de 50.000 roupies.
Le plus : venir au petit matin quand la lumière est encore douce et le ciel clair. Dans l’après-midi, la brume descend des montagnes et blanchit la toile de fond.
À lire aussiBali rouvre ses frontières dans la confusion après un an et demi de fermeture
Les pentes du Mont Agung, le volcan sacré de Bali, accueillent un complexe religieux dédié à la trilogie hindoue : Brahma, Vishnou et Shiva. La vénération des dieux sur ce site remarquable est bien antérieure à l’arrivée de l’hindouisme sur l’île. Des stèles mégalithiques vieilles de 2 500 ans ont été retrouvées à la base du temple des temples, le Pura Penataran Besaki. Celui-ci domine 22 autres temples, à près de 1 000 mètres d’altitude, et se gagne par un escalier interminable qui marque l’élévation spirituelle du pèlerin.
Le plus : essayez de venir à l’occasion d’une des 70 fêtes célébrées ici tous les ans, quand les pèlerins affluent par milliers dans leurs plus beaux atours.
Un long chemin de pierres serpente au milieu de rizières en plateau et de rangées de cocotier. Il permet d’atteindre le temple de Gunung Kawi, caché dans le repli d’un vallon. Datant du XIe siècle, il s’agit de l’un des plus vieux sanctuaires de Bali. En tout, dix niches creusées dans la falaise abritent 10 candis. Ces autels forment un mausolée à la mémoire du roi Anak Wungsu, ses femmes et sa descendance. Dans le jeroan, la cour la plus sacrée du temple, offrandes et bâtons d’encens gisent au pied des idoles. La beauté naturelle des lieux et l’extrême sérénité qui s’en dégagent vous surprendront.
Le plus : les jeux de grottes et d’escaliers à l’entrée du site qui renforcent l’atmosphère de mystère qui règne ici, et permettent de multiplier les points de vue.
À lire aussiIndonésie : itinéraire, budget, sécurité… Tous nos conseils pour préparer son voyage
À moins d’un kilomètre en amont de Gunung Kawi, le temple de Tirta Empul est célèbre pour sa source purificatrice. Les eaux de la rivière Pariksan jaillissent par des bouches de pierre qui remplissent un vaste bassin. Une imposante statue d’éléphant, symbole de chance, en garde l’entrée. Les Indonésiens viennent en famille pour s’asperger de cette eau sacrée. De nombreux touristes leur emboîtent le pas et il faut parfois faire la queue un bon moment lorsqu’un car déverse son flot de passagers.
Le plus : les magnifiques jardins exotiques qui entourent le temple depuis 962, date de sa construction.
Deuxième plus grand temple après celui de Besakih, Taman Ayun était à l’origine un temple royal appartenant à la famille de Mengwi. Ses merus du XVIIe siècle encadrés de douves en eau méritent le détour. Le complexe divisé en trois cours rassemble une cinquantaine d’autels surmontés de toits de chaume en pagode. Ceux-ci sont empilés par ordre croissant pour atteindre onze étages sur la plus haute tour. Leur alignement parfait dessine un ensemble harmonieux et délicat.
Le plus : Taman Ayun, c’est aussi un jardin charmant parsemé de lotus, de magnolias, de palmiers et de mousses vert tendre. Le nom signifie littéralement « le jardin au milieu de l’eau ».
OÙ DORMIR
The Saren
À quelques encablures de Tanah Lot, The Saren propose une escale apaisante tournée vers le repos de l’esprit et du corps. Occupant une parcelle entourée de rizières, les 12 villas associent les matériaux bruts et naturels : béton lissé, bois exotiques, osier tressé, pierre polie. Jeux de lumière et lignes franches esquissent un espace structuré et moderniste. Pour les amateurs d’architecture.
The Saren, 184 Jl Pantai Nyanyi, Beraban, Kec. Kediri, Kabupaten Kabanan, Bali 82121. Tél. : +62 831 1585 6239. Chambre double à partir de 120 €.
Kupu Kupu Barong
Perdu au milieu des rizières à l’écart du tumulte d’Ubud, le Kupu Kupu Barong offre des vues spectaculaires sur la jungle et la rivière en contrebas. Les chambres sont aménagées dans des greniers à riz répartis sur la propriété. Le spa au sommet d’un manguier récolte les récompenses depuis son ouverture en 2005. Une halte propice au ressourcement après avoir exploré les temples du centre de l’île.
Kupu Kupu Barong, Kedewatan, Ubud Gianyar, Bali 80571. Tél. : +62 361 975 478. Chambre double à partir de 108 €.
The Istana
Perché sur sa falaise avec le bleu de la mer en toile de fond, l’Istana fait écho au temple d’Uluwatu tout proche. L’hôtel de luxe propose un voyage méditatif en usant de techniques anciennes et modernes. Yoga, respiration, méditation vipassana côtoient la cryothérapie, le sauna infrarouge ou le caisson hyperbare pour une élévation des sens. Les chambres renvoient à une sobriété quasi-monacale, l’espace en plus.
The Istana, Uluwatu, Jl Pantai Suluban, Pecatu, South Kuta, Bali 80361. Tél. : +62 361 769 869. À partir de 204 €.
BONNES TABLES
Warung Subak Pekendungan
Des pavillons de bambou sont suspendus au-dessus d’un bassin fréquenté par de grosses carpes koï. On n’oublie pas de laisser ses sandales à l’entrée avant de s’installer sur le plancher, les pieds ballants au-dessus du bassin. La carte propose au choix, spécialités occidentales et locales.
Warung Subak Pekendungan, Tanah Lot, Jl Raya Denpasar, Beraban, Taraban, Bali 82171. Tél. : +62 361 479 0888.
Café Lotus
Ce vaste pavillon recouvert d’un épais toit de chaume fait partie des haltes incontournables à Ubud. Installé le long de la rue principale, il s’ouvre sur un magnifique jardin intérieur. La carte, très classique, permet de s’initier à quelques spécialités indonésiennes.
Café Lotus, Jl Raya Ubud, Ubud, Bali. Tél. : +62 361 975 660.
Locavore
Il faut réserver longtemps à l’avance pour espérer décrocher une table dans ce temple de l’expérience gastronomique. Comme son nom l’indique, les produits sont exclusivement sourcés sur l’île, tout comme la vaisselle ou le mobilier. Le duo de chefs fume, confit, fermente, réduit viandes, poissons, légumes, feuillages, fleurs et épices pour des combinaisons surprenantes.
Locavore, 10 Jl Dewi Sita, Ubud, Bali. Tél. : +62 361 977 733.
Wantilan
Le restaurant de l’hôtel Puri Candikuning permet de savourer un peu plus longtemps la quiétude du Lac Beratan. Vous profitez de la fraîcheur du climat dans de petits pavillons installés à fleur d’eau. Si les spécialités indonésiennes manquent un peu de franchise, le cadre vaut le détour.
Wantilan, Villa Puri Candikuning Resort, Km 52 Jl Raya Candikuning, Bedugul, Baturiti 82191. Tél. : +62 368 203 3252.
anonyme
le
Bali ? il fallait y aller dans les années 1960, 70 avant que le tourisme de masse ne la détruise !
ShanghaiMan
le
J’adore Bali et Tirta Empul est effectivement un temple mystique! Quand je vais à Bali avec famille et amis on va à la Villa Lumia, vivement la prochaine fois!
ShanghaiMan
le
J’adore Bali et Tirta Empul est effectivement un temple mystique! Quand je vais à Bali avec famille et amis on va à la Villa Lumia, vivement la prochaine fois!
C’EST LE MOMENT DE RÉSERVER – Bien que fugace, la floraison des cerisiers s’étend sur près de deux mois, selon les régions. Où et quand ce spectacle unique : on vous dit tout.
GUIDE – De la cité d’Art et d’Histoire au Plateau des Glières, Annecy se découvre aussi en faisant quelques pas de côté.
GUIDE – Culture, art de vivre et forêt : la cité bellifontaine s’est fait du «city break» une spécialité. Cette année, on y célèbre le bicentenaire de la naissance de Rosa Bonheur, la peintre animalière.
À tout moment, vous pouvez modifier vos choix via le bouton “paramétrer les cookies” en bas de page.
Bali : les plus beaux temples à visiter
Partager via :
5 commentaires
5
Le Figaro
Les articles en illimité à partir de 0,99€ sans engagement

根源

カテゴリー